Enquête sur l’expérience de visite individuelle des personnes en situation de handicap mental

En partenariat avec le ministère de la  Culture et de la Communication et la RECA (La Réunion des Établissements Culturels pour l’Accessibilité), L d’illusion a mené une étude sur l’expérience de visite autonome des personnes en situation de handicap mental dans les établissements publics culturels en 2016.

LE CONTEXTE
En mars 2003, le ministre de la Culture et de la Communication a demandé à ses établissements publics de proposer des mesures concrètes visant à améliorer, à court terme, l’accueil des personnes handicapées dans les établissements culturels. Une mission a été ainsi créée : La RECA.

En collaboration avec le secrétariat général du ministère de la Culture et de la Communication, elle a initié depuis 2012 la mise en place d’enquêtes sur les pratiques culturelles des personnes en situation de handicap. Elles visent à améliorer la connaissance des publics en situation de handicap, analyser leur réception des dispositifs et offres de médiation adaptée proposées et à expérimenter des méthodologies d’enquête adaptées aux personnes en situation de handicap. Ce groupe se compose des médiateurs des publics spécifiques et des professionnels des enquêtes de publics issus des établissements culturels.

Après avoir achevé les enquêtes portant sur les personnes déficientes visuelles, le groupe étudie actuellement les visiteurs présentant une déficience intellectuelle. Pour être le plus proche des réalités de terrains, deux volets complémentaires ont été imaginés. La première partie, réalisée en juillet 2013, s’est intéressée à la pratique artistique des personnes en situation de handicap intellectuel afin de s’interroger sur les enjeux et les apports d’une sortie culturelle en groupe préconstitué. Le recueil des données s’est effectué dans le cadre de temps d’échanges collectifs et d’observations participantes. La seconde a pour objectif de recueillir la parole directe des personnes en situation de handicap intellectuel se rendant individuellement dans les établissements culturels.

La complémentarité de ces deux protocoles permet d’obtenir une vue d’ensemble de la visite des personnes déficiente intellectuelle dans les établissements culturels par typologie de public (groupe ou individuel), de leurs réceptions des offres d’actions culturelles, des outils mis en place et d’appréhender le ressenti des personnes après leur visite.

L’ÉTUDE
Le recueil de la parole directe a été au cœur de la démarche de cette étude et s’inscrit dans l’évolution du regard de la société sur les personnes en situation de handicap qui s’opère depuis les premiers textes législatifs du milieu des années 70.

Cette démarche est à considérer comme exploratoire, le protocole d’enquête a été élaboré pour cette étude par l’enquêtrice en co-construction avec le comité de pilotage. Il n’y a pas d’enquête dans le champ culturel, qui s’intéresse à l’expérience de visite des personnes en situation de handicap mental, en individuel et en autonomie. L’un des objectifs de cette étude est de proposer et de tester un protocole s’appuyant sur différentes techniques d’entretiens, d’en examiner les limites et les contraintes, et de s’assurer de sa pertinence et de sa fiabilité.

Deux structures partenaires ont participé à cette étude l’ESAT Ménilmontant et L’arche Paris. Le panel des personnes sollicitées comprend 8 adultes (dont 7 hommes et 1 femme) en situation de handicap mental : des retraités, des travailleurs en ESAT et un adulte en CAJ, habitants en studios, foyers ou chez leur famille. Ils sont âgés de 25 à 70 ans et présentent différentes spécificités.

Publicités